Nous sommes un forum de graphisme et d’écriture, basé sur les challenges, l'amusement, la créativité et la convivialité :)
 

Partagez | 
 

 (Originale) Brisé

Aller en bas 
AuteurMessage
allis
ㄨADMINㄨ
avatar

ㄨMESSAGES : 499
ㄨINSCRIPTION : 04/12/2011
ㄨAGE : 28
ㄨ.LOCALISATION : Bristol, UK

MessageSujet: (Originale) Brisé   Sam 4 Fév - 22:10

Brisé 2011
Diclaimer : Tout à moi.
Statut : Fini.
Rating : G
Genre : Général
N/A : Texte écrit pour un prompt sur muse-random sur lj.
Résumé : Ce petit texte se déroule dans un univers original. Les personnages mis en scène dans ce passage sont membres de la Régence (le gouvernement de la société des Immortels). Ils étaient à l'origine cinq mais se retrouve à trois après plein de péripéties. Ils étaient cinq mais formaient un groupe uni, une entité qui avait fusionné en une sorte d'entité unique composé de cinq parties différentes. La perte de deux des membres de la Régence crée une perte d'équilibre, comme une amputation parmi le groupe. La scène écrite en réponse au défi est inspirée de cette perte d'équilibre et le résultat qu'elle a sur les membres de la Régence encore en vie.


"Moi, j'étais anéanti au fond d'un fauteuil ; une cigarette éteinte pendait de mes lèvres; je me sentais dans cet état de semi-hébétude où les impressions sont les plus fortes. Peut-être s'agissait-il d’une phase nouvelle de l'empoisonnement : en tous cas mon excitation délirante était tombée pour faire place à un état d'esprit de langueur attentive. J'étais spectateur. Rien de tout ceci ne semblait me concerner personnellement. Mais j'avais en face de moi trois hommes forts, et leur spectacle me fascinait."
Sir Arthur Conan Doyle, La ceinture empoisonnée
Traduction de Robert Latour ©️Editions Robert Laffont, 1956


L'Orateur se recroquevilla sur elle-même, serrant ses genoux contre sa poitrine. L'Archiviste venait de prendre la décision de sortir avec l'Ingénieur à la recherche d'informations qui pourraient les aider à se sortir de cette situation, mais l'Orateur n'avait pas osé les suivre. Elle tremblait comme une feuille dans un coin de la pièce et n'avait qu'une envie : disparaître. Elle avait vaguement conscience du bruit de la radio qui annonçait l'avénement d'Edith et la chute de la Régence. Les mots n'avaient aucun sens pour elle et n'étaient que vague sons qui se mélangeaient en une cacophonie qui lui donnait mal à la tête. Un seul mot réussi à sortir du lot et à se faire comprendre distinctement par l'Orateur. Régence. A cette sonorité familière, elle émit un gémissement de douleur, se souvenant du lien qui l'avait uni à ses confrères, de ce lien que Edith et Bianca avait tranché sans merci, sans même une seule pensée sur les conséquences que cela auraient sur les autres membres de la Régence. L'Orateur ferma les yeux, espérant que si les images de la pièce ne parvenait plus jusqu'à son cerveau le son disapraitrait lui aussi et elle pourrait alors se perdre dans l'abîme qui lui était devenu presque familier.

L'Archiviste et l'Ingénieur finirent par revenir. Ils se tenaient par la main, leur corps pressés l'un contre l'autre au niveau de leurs hanches alors qu'ils pénétraient dans la pièce. L'Orateur eu à peine conscience de cette intrusion dans leur refuge et il lui fallu de longues secondes avant de réaliser que ce n'était que ses deux confrères encore en vie et pas un groupe d'assassins venu l'exterminer. Elle était allongée par terre, sa joue collée contre le carrelage froid du sol, et n'était plus capable de ressentir de la peur à l'idée de mourir ou du soulagement à l'idée de rester en vie. Il lui semblait qu'elle n'était plus qu'une coque vide attendant un arrêt de son fonctionnement qui semblait tarder à venir, comme si on avait oublié d'éteindre un jouet avant de s'en débarrasser. Alors que la figure de ses deux collègues devenait plus clair dans son cerveau, elle pouvait sentir en elle une sorte de démangeaison, comme une étrange sensation, une envie de se lever et de rejoindre le couple, comme un besoin de se joindre à eux et de sentir le contact de leur peau contre la sienne. Mais l'Orateur n'avait plus les capacités de comprendre ce sentiment et ne savait pas comment lui donner du sens. Tout ce qu'elle savait c'est que quelque chose bougeait en elle, quelque chose qui la forçait à garder les yeux grand ouverts et à fixer les deux hommes qui s'approchaient d'elle le regard plein de tristesse et de douleur.

Ils finirent par s'accroupir près d'elle et lentement, comme si ils avaient peur de la briser par une fausse manipulation, ils la transportèrent jusque dans le lit. Ils l'allongèrent au milieu et sans parler mais d'un commun accord ils s'engouffrèrent à leur tour dans le lit, enlaçant chacun de leur côté le corps de l'Orateur, la pressant fort contre eux et espérant que ce contact physique allait la ramener à la réalité, allait la conserver parmi eux un peu plus longtemps, rien qu'encore un peu. Ils n'étaient pas prêts à la perdre, pas prêt à passer de trois à deux alors qu'une poignée de jours auparavant ils avaient été cinq, ils avaient été un.


_________________
Immortals - Some of them have something special...
Revenir en haut Aller en bas
Voir le profil de l'utilisateur http://www.allysseriordan.info
 
(Originale) Brisé
Revenir en haut 
Page 1 sur 1
 Sujets similaires
-
» Petite Acrobatie Cellulairement Originale !
» Coin de rue
» Marre des pépins, je veux un noyau.. T-T [4/4]
» Pas de VO sur l'offre VOD !!!
» VO avec sous titrage VO

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum
Ecris-moi un mouton :: Premier Jet :: Bloc-notes :: Les Essais d'allis-
Sauter vers: